DR HOUSE Index du Forum
  S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés
PROXIMITY
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DR HOUSE Index du Forum -> Fan Art -> Art Ecrit
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 22:41 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Chap37

DOSSIER D’Elisabeth Cuddy Enquête criminelle n°1256

Statut: victime.

Age: 38 ans.

Test de Grossesse: Négatif.

Traces de violences sexuelles : légères abrasions évoquant un rapport sous la contrainte datant de plus de 48 heures.
Pas d’autre signe évident de viol.

Partenaire sexuel: Le Dr Cuddy reconnaît avoir eu des relations sexuelles avec le suspect Mr Édouard Gere, dans le cadre d’une relation conviviale relativement récente.
Le Dr Cuddy est célibataire. Elle n’a pas eu d’autre partenaire depuis un an.
Elle entretient cependant une relation de type amoureuse avec son collègue et subordonné le DR House.
Les analyses ADN confirment les relations physiques entre Gere et Cuddy et infirment toute suspicion de liaison entre House et Cuddy.

Extrait du PV d’audition

Smith « nous avons procédé à des analyses sanguines.
Elles sont négatives quant à une grossesse mais révèlent un taux de GHB relativement élevé laissant à penser que cette drogue vous a été inoculée à de nombreuses reprises.
Qui selon vous a pu agir de la sorte?

Cuddy: « Personne.
Je veux dire que jamais je n’aurai pu imaginer être un jour le genre de femme abusée par un partenaire sexuel.
Je suis célibataire et j’ai toujours choisi avec qui je voulais ou non coucher.

Smith: « vous pensez à une mauvaise farce ou à une vengeance de la part d’un de vos subordonnés?

Cuddy « plus précisément?

Smith: « Le Dr House aurait il pu vous en vouloir au point de vous droguer?

Cuddy : « House?
J’ai passé les vingt dernières années à me battre contre cette bourrique égocentrique, le monde entier le déteste et il a l’age mental d’un enfant de six ans.
House pourrait perturber un conseil d’administration avec des boules puantes ou du gaz hilarant, n’en doutez pas…

Smith: « vous pensez donc que House…

Cuddy: « Pas une seconde, Mr Smith.
Grégory House n’a pas besoin de me droguer pour susciter le désir; lui comme moi nous luttons depuis vingt ans pour ne pas y céder. »

Sa mère Blyth House lui avait toujours dit que la curiosité était un vilain défaut.
A quarante six ans, House comprenait enfin le sens de cette menace induite par les parents.
Il venait de vivre les pires secondes de sa vie , redoutant de découvrir que Cuddy ait pu un instant le croire suffisamment tordu pour agir de la sorte.

Smith: « Pouvez vous nous parler de votre relation avec Mr Gere?

Cuddy: « Je n’ai pas grand-chose à en dire et je suis fatiguée. Pourrions nous en parler plus tard?

Smith: « Dr Cuddy, je ne voudrais pas marcher sur vos plate bandes mais j’étais déjà inspecteur à la criminelle quand vous jouiez encore à la marelle.
Le déni est une phase courante et obligatoire consécutive au double traumatisme que vous avez subi: votre accident et la révélation des viols que vous avez subis.
Vous devez parler, vous le savez…maintenant …pour pouvoir oublier ensuite…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Mar - 22:41 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Mar 18 Mar - 00:17 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Chap38

Un jour…une pièce…
House était toujours convaincu que faire parler les filles ne servait à rien d’autre qu’à les faire souffrir et pleurer… et il se sentait inapte à les consoler.

Suite du PV d’audition de Lisa Cuddy

Cuddy: « Je ne voulais pas vraiment aller dîner avec Édouard Gere.
Il me poursuit depuis des années, il est le fils d’un de nos plus importants donateurs mais j’ai toujours réussi à repousser ses avances. Ce soir là j’étais épuisée, je l’ai poliment rabroué en lui proposant de s’associer à la party que nous devions donner en l’honneur de l’anniversaire du Département de HOUSE et c’est là qu’il a commencé à se montrer menaçant…
Smith: « physiquement?
Cuddy: « non, absolument pas , il est bien trop habile pour cela. Non, tout était sous entendu. Aujourd’hui encore si vous nous confrontiez, il pourrait nier avoir exercé toute forme de chantage à mon encontre.
Il m’a juste fait comprendre qu’un membre du personnel était sur le point de révéler au Conseil de Direction que le Dr House et moi-même avions passé la nuit ensemble dans le cadre de l’hôpital et que nous entretenions une liaison.

Smith: »c’était vrai?
Cuddy: »oui et non. Quand House a été hospitalisé à la suite de sa seconde attaque, il a déclenché peu de temps avant sa sortie une réaction virale que nous avons pris pour infection nosocomiale.
J’étais désespérée, inquiète…en fait il s’agissait juste d’une gastro entérite mais …je suis restée à ses côtés cette nuit là et il est possible qu’un membre du personnel de nuit nous ait entrevu…

Smith: »la belle affaire!
Cuddy: »vous ne comprenez pas! House est un de mes employés; le conseil des Directeurs est vieux jeu et cherche depuis des années à virer un Docteur qui les injurie et ne respecte rien ni personne.
J’ai toujours réussi à faire front jusque là mais avoir une liaison au grand jour avec House m’enlevait toute objectivité et toute légitimité à le maintenir à son poste.
Il fallait éviter à tout prix que la rumeur ne se propage…Ma seule erreur a été de penser que je pouvais gérer Édouard Gere.
Smith: « votre liaison a-t-elle commencé dès le premier soir?
Cuddy: « je l’ignore mais je ne crois pas.
Il m’a emmenée dans un resto très côté de la ville , j’ai à peine touché mon assiette parce que j’étais épuisée et mal à l’aise.
Il a décidé que puisque je n’avais rien mangé, il me devait un second repas.
Il est revenu le lendemain soir, chez moi, avec un panier repas et du champagne.
Je me souviens de la première coupe…au petit matin, quand je me suis réveillée; il était dans mon lit endormi et nous étions nus.
J’ai cru que j’avais trop bu, j’avais mal à la tête.
Les jours suivants, le mal de tête est devenu permanent, j’avais des troubles de la vision, des vertiges et des amnésies passagères.
Je me suis sentie très insécurisée, House était au repos sur mon ordre et je ne voulais pas le solliciter…je me suis appuyée sur Gere pensant que peut être, il était temps que je m’investisse dans une relation adulte.
Mais chaque matin me réveiller dans ses bras me donnait la nausée.
La seule relation physique dont je me souvienne date d’il y a deux jours.
Après le petit déjeuner, il m’a contrainte à des relations sexuelles .
Il a ensuite juré qu’il s’agissait d’un jeu un peu pervers et qu’il était convaincu que j’étais consentante.
Il s’en est excusé.
Une fois encore j’étais mal à l’aise mais je l’ai cru.

Smith: « vous ne vous souvenez de rien d’autre?

Cuddy: « non…tout est flou…je crois que House est venu un soir à la maison; il semblait en colère….et puis il a disparu…
Le lendemain, il reprenait le travail, j’en étais heureuse et on s’est à nouveau disputés; j’ignore pourquoi…
Ce soir là grâce à Wilson j’ai réussi à échapper à Gere et à rentrer seule…et puis il y a eu l’accident.
Smith: »grâce à Wilson?
Cuddy: « oui sans trop le savoir il a empêché Gere de monter avec moi en voiture et j’ai pu prétexter un malaise pour m’enfuir.
Smith: « au cours de vos soirées , avez vous abordé de nouveau le problème de votre liaison avec House, vous a t il proposé son aide concrètement dans ce sens pour faire face au comité Directeur?
Cuddy: « non. Je me suis souvent demandée si je n’avais pas imaginé cette conversation, si ce n’était pas un prétexte pour céder…par lâcheté.
Smith: « Dr Cuddy…perversité et intelligence vont souvent de pair. Ne doutez pas de vous ou il aurait complètement gagné.
Après un long silence entrecoupé de larmes, Cuddy reprit: « Smith, ne dites rien à House .Il ne doit pas savoir.
Smith: »vous avez peur de lui?
Cuddy: « non, j’ai peur pour lui  ».
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sam_tigrou
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 751
Localisation: salon de provence (sud)

MessagePosté le: Mar 18 Mar - 13:10 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

oooooooh merci franlie!! Okay
Revenir en haut
Cuddy


Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 110
Localisation: Derrière toi..

MessagePosté le: Mar 18 Mar - 20:20 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Une suite une suiiiiiiiite Smile
_________________
Je savais que ce décolleté n'était qu'une diversion! Vous êtes un génie!
Do u like me House ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 10:20 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Chap39

Smith avait pris tout son temps mais ne pouvait faire davantage .Il était même passé par la chambre de Cuddy, mais elle était à nouveau légèrement sédatée.
Il rentra d’un pas vif dans son bureau et se sentit déçu de ne pas y retrouver House.
Sur son bureau trônait le dossier rouge, les feuillets épars…
Il avait misé et perdu.
Restait à espérer que cette tête de con ne fasse pas tout foirer.


Chap. 40

House était rentré directement chez lui.
Il était assis dans le noir, la tête dans les mains et contemplait le vide.
Il n’avait pas touché à une goutte d’alcool, avait oublié de prendre sa Vicodine.
Sa jambe le lançait et il la massait parfois, absent à tout ce qui n’était pas Lisa Cuddy.
Le piano et sa bouteille de bourbon le narguaient.
Il n’en voulait pas.
Wilson était passé mais avait trouvé pour la première fois de sa vie, porte close.
Le téléphone fixe était débranché, le portable fermé.
House était dans sa bulle et rejetait le monde extérieur.

La voix claire d’Aurore émergea soudain derrière la porte.
« Greg, c’est Aurore.
Tu as disparu depuis trois jours…j’étais un peu inquiète.
J’aurai eu besoin de te parler mais je sens que ce n’est pas le bon moment pour toi. Tant pis…Prends soin de toi…Je t’embrasse ».

Il hésita un instant.
Avec Aurore il aurait pu parler un peu…essayer de comprendre ce qui contractait son cœur et muselait son cerveau.
Elle savait écouter. Elle savait aussi se taire.
Il était sur le point de se lever quand il entendit la double porte d’entrée claquer.
Trop tard. Sa patte folle l’empêchait de courir et l’énergie lui manquait pour crier.

House se releva péniblement et se dirigea vers sa chambre.
Il prit un somnifère et se prépara à sombrer dans le sommeil.
Dormir l’avait toujours sauvé.

Chap. 41
Grégory House était lui aussi en état de choc post traumatique mais refusait de le reconnaître.
Il s’était fait un devoir toute sa vie de chasser toute implication pour préserver sa sacro sainte objectivité.
Sans doute pour blesser le moins possible « les autres ».
Sans doute également pour ne plus être heurté comme son père avait pu le faire sa vulnérabilité d’enfant.

House luttait pour refouler cette culpabilité qui l’écrasait.
Il ne voulait pas se sentir responsable de ce qui était arrivé à Lisa.

Rien de bien neuf: il n’était qu’un sale con et vivait depuis vingt ans derrière une double armure: sa morgue insolente et cynique et LISA CUDDY.

Il était peut être temps pour lui de grandir et d’arrêter de se cacher.

Rien de neuf …excepté le fait que LISA avait été intimement blessée.
Et pourtant elle continuait. Elle luttait .
Elle avait peur …mais pour lui.

Il allait devoir devenir adulte.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 10:56 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Chap.42

Deux bouquets très différents égayaient la chambre de Lisa.
Le premier, monstrueusement ostentatoire, était composé d’orchidées et de lys…fragiles mais entêtantes.
Le second était fleurs sauvages et de campagne.
Il exhalait la vie; les pentes douces et abruptes des collines , les courses folles de l’enfance., le vent dans le nez et le rire aux lèvres.
Un peu de Printemps était entré dans le cœur de Lisa et elle espérait que cette petite folie soit de Greg.

Lisa tressaillit quand elle entendit la porte s’ouvrir puis son estomac se révulser en voyant apparaître Édouard.
Elle s’était menti à elle-même.
Cet homme la dégoûtait . Pire , il lui faisait peur ;à elle qui croyait ignorer ce sentiment.
Lisa ferma les yeux, tentant de feindre le sommeil.
Quand elle sentit son souffle chaud se rapprocher de ses lèvres, elle comprit son erreur et parvint juste à temps à détourner son visage pour éviter le baiser.
« tu m’as fait peur Édouard
« J’ai toujours rêvé d’endosser le rôle du Prince qui éveille sa belle

Une voix goguenarde interrompit la déclaration « crapaud, vous allez devoir vous éloigner de Cuddy, ordre de la faculté »
« Vous n’êtes rien ici House.
Vous n’êtes pas son médecin référent et vous n’êtes ni de sa famille ni son compagnon.

« Ding dong .Faux et double faux.
Nous venons d’obtenir l’autorisation de transférer Cuddy dans son hôpital où elle sera choyée par son personnel…trop content de la voir clouée au lit pour des semaines et échapper ainsi à ses disputes…n’Est-ce pas mon ange?
Pour le reste…tout est une question de temps…le vieil infirme n’a pas dit son dernier mot.

Les deux hommes s’affrontaient du regard et se jaugeaient.
Édouard se contenait pour ne pas laisser se craqueler sa façade d’homme du monde et de gentleman.
Il résistait difficilement à l’envie de jeter cette arrogante merde à terre et de lui clouer le bec de son poing…jusqu’à la mort.
House frémit légèrement.
Le résultat dépassait son attente.
Son objectif était de détourner l’attention et l’agressivité d’Édouard pour devenir son but …
La folie d’Édouard pouvait se manipuler.
Lisa avait été un objet de passion….l’infirme mais tout puissant médecin deviendrait un objet de haine.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 10:58 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Very Happy merci pour vos comm sympas!!! ce n'est pas de la cruauté mais je dois partir bosser :: bonne journée!!! et vivement House le vrai à la télé ce soir!!!! Laughing
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sam_tigrou
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 751
Localisation: salon de provence (sud)

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 13:12 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa au diable le travail!!! Mort de Rire

non je plaisante, mais fo nous en remettre apres hein??
Revenir en haut
Cuddy


Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 110
Localisation: Derrière toi..

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 18:40 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

bravoooo Smile
_________________
Je savais que ce décolleté n'était qu'une diversion! Vous êtes un génie!
Do u like me House ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 16:16 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Chap43

Conversation MSN 23/03/08

« Tu es partie….

« C’est Pâques…

« Déjà?

« J’aurai du te parler en notion plus Housienne…faire appel à ta gourmandise par exemple et te rappeler les lapins en chocolats et les cloches pralinées….

« très subtil de la part de quelque un qui s’est enfui…tu regrettes?

« pas une seconde Greg. J’ai juste du avancer la date pour un problème de succession et de notaire.

« Aurore, je suppose que même en France les notaires ne bossent pas les jours fériés…

Silence.

« tu boudes ou j’ai visé juste?

Silence.

« tu avais dit après Pâques, pendant les vacances…

« ok, je me rends!!! J’ai essayé de venir t’en parler mais tu as été très pris. En passant par l’hôpital, j’ai rencontré James qui m’a expliqué pour Lisa. Je suis tellement désolée pour tout ce qui lui est arrivé. Elle a besoin de toi.

« Je sais Aurore.

« Dans une autre vie Greg…toi & moi…

Silence.

« j’ai déposé une enveloppe sur ton bureau à l’hôpital Greg. Je me suis dit qu’il faudrait un lieu adapté pour la convalescence de LISA tout en préservant son intimité. Chez toi ce serait l’enfer pour elle.
Elle peut occuper mon appartement durant les six mois à venir, même plus si nécessaire, je ne suis pas pressée de vendre.

« es tu humaine?

« je n’ai pas oublié Greg…c’était bon…c’est fini, on le savait tous les deux.

Silence

« merci Aurore pour Lisa et pour nous.
Tu es bien installée?

« je vais beaucoup bouger dans les semaines à venir, mon point de repère c’est Léa, elle bosse à l’Institut Pasteur, si tu as besoin de me joindre laisse lui un message.

« ne te laisse pas bouffer Aurore, ni par ta mère, ni par des mini Oliver…encore moins par les souvenirs bons ou mauvais. Tu es vivante et tu n’as pas à t’en excuser…

« j’essayerai Greg

« tu m’appelles si tu sens que tu faiblis

« ok…toi aussi…sois heureux et prends soin de Lisa…

« j’essayerai Aurore.
J’allais oublier…ta thyroïde ..fais faire une biopsie de tes petits nodules; c’est le seul moyen de mettre en place un traitement adapté. Insiste, parce que les analyses sanguines ne vont rien montrer d’anormal.
Tu verras après ça tu vas retrouver une taille de jeune fille…ceci doit moi j’ai aimé tes courbes; mais je sais que toi non. Je voulais faire moi même les examens mais tu es partie trop vite.

« c’est le diagnosticien que j’ai frustré en partant? Toi et tes puzzles!!
Je te tiendrai au courant ,merci .
By Greg…see you soon…

« By Aurore…Love you

« Love you too.


Chap44

Chambre de Lisa à la clinique.

« ça va Greg?

« mouais, j’ai juste oublié que c’était Pâques…

« tu voulais aller à la messe et tu as oublié de te réveiller?

« tu vas mieux Lisa, tes sarcasmes refont surface.

« de la part du Roi de l’ironie, ce doit être un compliment, j’imagine.

« Aurore est repartie en France, je n’avais pas réalisé qu’il restait si peu de temps avant son départ et elle de son côté a avancé la date.

« je dois m’inquiéter Greg?

House releva la tête et regarda enfin Lisa. Elle lui souriait tristement, presque résignée.

« Aurore n’a rien en commun avec ton Édouard, rassure toi elle n’enverra pas la mafia Corse me régler mon compte…

Lisa ferma les yeux mais ne put empêcher les larmes de glisser silencieusement sur ses joues.
House souffla doucement sur le visage de Lisa et embrassa tendrement ses joues humides. 
« c’était une plaisanterie Lisa,tu me connais…je ne peux pas résister à mon esprit mauvais…
« je ne veux pas rentrer au P/P Greg.
« Quoi? Tu résisterais au plaisir de pouvoir haranguer les courtisans qui auraient le courage de passer devant ta chambre?
« tu aurais pu au moins me demander avant de décider pour moi.
« arrête de bouder Lisa et dis m’en un peu plus , je n’ai pas l’esprit subtil de Wilson pour analyser l’âme humaine.
« ici je suis une malade anonyme, une victime anonyme.

House se releva pour se tourner vers la fenêtre. Il avait presque oublié.
« tu as suffisamment de fractures dues à l’accident pour que l’on n’évoque pas le reste avec le personnel du P/P.
Tu es libre Lisa. Tu dis ce que tu as besoin de dire. Tu confies ce qui te pèse. Je serai le dernier à te forcer à faire ou à dire quelque chose qui te contraindrait.
Je ne crois que très peu à la thérapeutique du tout dire pour aller mieux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 17:33 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Chap45

Smith entra en trombe dans la chambre de Lisa Cuddy et oublia de s’en excuser.
S: « Tiens vous êtes de retour vous, je vous croyais en route pour le Mexique.
House se tourna vers Lisa et lui fit une de ses mimiques dont il avait le secret tout en murmurant suffisamment fort « les policiers m’adorent…ce doit être mon physique ou mon regard naïf… »
S: « J’aurai du me douter que vous étiez derrière tout ce chambardement. C’est quoi cette histoire de transfert? Vous croyez qu’on va la protéger comment votre doyenne si vous n’en faites qu’à votre tête?
Et puis on était d’accord pour ménager Mr Gere , non? Il est sorti de cette chambre complètement hors de lui et a traité le Directeur de cette clinique de glandouilleur incompétent . »
« Vous m’avez bien dit d’agir comme d’habitude, non?
Ce qui aurait été suspect c’est que je me comporte de manière civilisée vis-à-vis du snob prétentieux.
Et franchement je me suis régalé à lui clouer le bec.
Ceci dit le jour où je prendrai vraiment mon pieds sera celui où j’écraserai la figure de ce macaque sous mon talon droit.
Vous avez intérêt à progresser rapidement dans votre enquête…je ne suis pas certain de tenir longtemps ce petit jeu. »
Smith ignora House et se tourna vers Lisa: 
« vous avez donné votre accord? ».
House les interrompit de nouveau: 
« ok, ok …j’ai improvisé.
J’ai paniqué quand j’ai vu cette brute perverse prête à embrasser Lisa…J’ai dit la première chose qui me passait par la tête…en fait non, vous devriez être content je me suis rudement censuré. »
S: « Dr Cuddy que voulez vous faire? »
House reprit:
« Lisa,j’ai demandé à Patrick de se déplacer pour réduire ta fracture et te libérer de cette poulie de torture. Ils ne connaissent pas cette technique ici et ils sont d’accord pour prêter une salle d’op., le personnel, s’ils peuvent en contrepartie filmer l’intervention pour leur formation.
Ensuite on pourra te ramener au P/p pour quelques jours…pour le reste, je t’en parlerai quand nous aurons un peu plus d’intimité. »
S: « Oh non, oubliez ça Dr HOUSE…Plus de secret et je vous interdis de jouer le cavalier solitaire…vous devez coopérer si vous voulez la protéger. »
Lisa: »Est-ce que vous pourriez éviter de parler comme si je n’étais pas dans la pièce tous les deux?
J’ai mal à la tête et je ne prendrai aucune décision tant que je serai dans cet état…
Greg, ne boude pas . Je suis d’accord pour l’opération .Je veux récupérer au plus vite ma mobilité quitte à prendre des leçons de fauteuil roulant.
Pour le P/P, on en parlera plus tard. 
Maintenant, messieurs, dégagez de cette chambre,j’ai besoin de dormir. »

Chap46

House et Smith sortirent ensemble de la chambre, un peu secoués d’avoir été remis en place par la Doyenne mais tentant mutuellement de s’ignorer.
Finalement, Smith rompit le silence: « j’ai vraiment cru que vous aviez laissé tomber…j’étais presque déçu! »
H: « oua!! C’est presque une déclaration d’amour ça!!
S: « vous avez un plan? Parce que franchement, vous seriez stupide de ne pas prendre Mr Gere au sérieux.
J’ai connu quelques maniaques sexuels de son genre; ils broient tout ce qui se trouve sur leur passage sans crainte des représailles. Ils se croient au dessus de la loi. »
H: « Je compte bien sur cela, ne vous inquiétez pas Smith…Je suis prêt. »
House s’éloigna sans plus attendre sous le regard sceptique de Smith.


Chap47

Édouard avait patiemment attendu le départ des deux hommes, caché dans le cagibi entre les balais et les poubelles nauséabondes
Il n’en pouvait plus et sortit de la pièce d’une humeur massacrante.
Il avait eu le temps de revêtir une blouse et un masque de chirurgien, aussi passa-t-il inaperçu aux yeux du garde en faction près de la chambre de Lisa.
Celle-ci était profondément endormie et il sourit de satisfaction.
Il aimait la sentir soumise et inconsciente .
Mais ce soir il avait besoin de plus. Il voulait l’humilier et la terroriser, lui rendre coup pour coup.
Qui croyaient ils abuser tous ces pantins?
Il savait qu’il avait été découvert mais ils ne pouvaient rien prouver et cela augmentait sa jouissance.
Édouard promena sa main sur le corps de Lisa qu’il avait dénudé après avoir rabattu la couverture.
Son autre main caressait son propre corps.
Cuddy se réveilla soudain, prise d’un malaise étrange qui lui glaçait le sang.
Elle voulut crier et Édouard dut abandonner sa gratifiante tâche pour la réduire au silence.
« Bonsoir Lisa, tu me manquais trop…je ne pouvais plus attendre. 
Tais toi ma colombe, n’appelle pas si tu ne veux pas mourir dans d’atroces souffrances. Je suis passé par la pharmacie, ils ont vraiment un stock impressionnant de drogues en tous genres.
Ne t’inquiète pas pour toi. Ce n’est pas encore le moment. Nous avons encore beaucoup à nous donner l’un à l’autre.
Par contre, j’espère que tu as pensé à dire gentiment au revoir à ton petit boiteux. »
Lisa ne put réprimer l’expression de terreur de son regard.
Le visage d’Édouard se tordit dans un rictus démoniaque.
Il prit la seringue dans sa poche et l’injecta directement dans le bras de Cuddy: »un long voyage au pays des sorcières Lisa, le temps que je m’occupe de dégager la route. À très vite ma colombe… »
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sam_tigrou
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 751
Localisation: salon de provence (sud)

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 18:06 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Shocked
oh mon dieu!!!!!!!!!!
Revenir en haut
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 18:29 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

sam_tigrou a écrit:
Shocked
oh mon dieu!!!!!!!!!!


(je vois bien House le dire !! sam!!)
Chap48

Il avait aspiré toute la journée à cette douche .
House espérait que l’eau brûlante l’aiderait à soulager les tensions accumulées depuis 48heures . Pour sa cuisse, seule la Vicodine pourrait agir efficacement
House, comme souvent, avait pris le double de la dose recommandée: il avait besoin de ne plus souffrir et de dormir. Demain serait un autre jour et il pourrait convaincre Cuddy de l’écouter.
A peine séché, une serviette enroulée autour de ses hanches, House s’enfonça sous sa couette, légèrement troublé d’y retrouver le parfum d’ Aurore…
Pour une fois, le sommeil ne s’était pas fait prier et il s’était endormi comme une masse.
La sonnerie ininterrompue de son portable combinée à l’alarme de son biper le réveillèrent en sursaut.
Une suée de peur le glaça. Il avait du arriver quelque chose à Lisa pour que l’on se permette de le déranger à cette heure.
Sur l’écran de son biper, figurait le numéro des urgences du P/P. Ce n’était donc pas Lisa.
Il devenait légèrement parano…
House pensa un instant se recoucher et feindre de ne pas avoir capté l’appel.
Mais c’était trop tard, ils l’avaient réveillé et ne pourrait pas se rendormir tant qu’il n’aurait pas vérifié de ses propres yeux que Cuddy se portait bien.
Il allait expédier Chase aux urgences , pour filer ensuite à la clinique.

IL était deux heures du matin, il faisait glacial mais les routes étaient sèches.
House allait pouvoir prendre sa moto, gagner du temps entre les trajets et rester un peu avec Cuddy.
Un instant, il imagina ne pas prendre son casque mais le détour jusqu’à sa voiture n’allait pas tuer sa jambe…enfin pas tout à fait.
Muni enfin de son armure, House enfourcha sa moto et prit de la vitesse.
Rouler ainsi la nuit, sur les routes désertes le grisait.
Il grilla un ou deux feux…Tritter devait être occupé ailleurs et Smith l’aimait bien.
Arrivé dans la périphérie de l’hôpital, House ralentit.
Les ambulanciers roulaient tous comme des fous, il n’avait pas envie de finir à l’arrière d’une de leur fourgonnette.
La silhouette du P/p se profilait au loin, la course était sur le point de s’achever.
Au dernier croisement House marqua la priorité puis s’engagea dans la voie à sens unique.
Il était engagé dans le boyau depuis peu, quand une
lumière l’aveugla brusquement .
Puis il se sentit percuté sur le côté et valsa dans les airs.
IL avait réussi à dévier légèrement sa trajectoire de l’obstacle mais se trouvait cloué au sol, totalement paralysé par le choc, à la merci de son agresseur.
House pensa à Lisa. Il ne pourrait plus la protéger.
Smith avait raison, Gere était fou et prêt à tout .
Il sentit qu'il était perdu en entendant le moteur de la voiture qui se rapprochait en marche arrière.
IL ne pouvait pas bouger et allait mourir écrasé comme une merde , probablement par cet enfoiré d’Édouard.
House poussa un rugissement de colère et de désespoir tout en tentant de se déplacer en rampant.
Puis il ferma les yeux. Il ne pouvait plus rien.


Dernière édition par frankie11 le Dim 23 Mar - 19:12 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 19:09 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

bon je suis pas sadique...donc je mets la suite...(si tant est que quelques unes étaient un peu inquiètes Twisted Evil ) sauf si personne ne lit bien sur!!! Mort de Rire

Chap49

Quelque chose gratouillait la conscience professionnelle de Smith et l’empêchait de trouver le sommeil.
Tout était « trop » dans cette histoire
Cuddy était « trop » courageuse, House « trop » chiant et Édouard « trop » résigné.
Les deux premiers points étaient surprenants mais les personnages lui étaient sympathiques et ils formaient un couple détonnant.
Gere, lui, l’inquiétait.
Il était vraiment « trop » calme.
Smith décrocha son téléphone et appela son collègue resté en faction à la clinique.
Il fut à peine étonné d’apprendre que Lisa Cuddy dormait d’un sommeil profond …mais anormal.
Smith commença à se rhabiller en vitesse et composa le numéro privé du Dr House.
Sans réponse de sa part, il prit la décision de passer à son domicile pour l’emmener avec lui à la clinique.
Quelque chose l’inquiétait et son flair l’avait rarement trompé.
Il était presque deux heures du matin quand il approcha du domicile de House.
Sa voiture était toujours garée en face de chez lui mais Smith aperçut au loin une moto qui s’éloignait .
Vérifier que House n’était pas chez lui mais bien sur cette moto lui prit au moins cinq minutes.
Il fila vers le P/P après avoir fait vérifier les appels reçus par House au cours de la nuit.
Le P/P n’avait pas contacté le diagnosticien et pourtant son biper lui avait signalé une urgence.
Smith ne respecta ni les limitations de vitesse ni les feux sur son trajet.
Quand il s’engagea à son tour dans le boyau, il eut juste le temps d’apercevoir cette voiture insolite qui faisait marche arrière.
Il tenta d’immobiliser le conducteur du véhicule en l’aveuglant de ses pleins phares.
Une fraction de seconde , Gere fut décontenancé par cette attaque inattendue.
Smith ne réfléchit pas . Il sortit de sa voiture et entendit le rugissement désespéré d’un homme.
Il dégaina aussitôt et fit feu , visant Gere à la tête afin de le stopper …définitivement
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nine


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 667

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 19:23 (2008)    Sujet du message: PROXIMITY Répondre en citant

Et tu oses nous dire, que tu n’es pas sadique ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:13 (2016)    Sujet du message: PROXIMITY

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DR HOUSE Index du Forum -> Fan Art -> Art Ecrit Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 5 sur 6

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com