DR HOUSE Index du Forum
  S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Une nuit...
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DR HOUSE Index du Forum -> Fan Art -> Art Ecrit
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Lun 1 Oct - 23:10 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

je vous ai prévenues...je sais toujours pas où je vais Mort de Rire





Chap.5. UNE NUIT…UNE FILLE…

Parmi toutes les anomalies génétiques et pathologies diverses, il n’avait absolument pas pensé à Ça!! Une fille!!
La tempête tropicale était entrain de virer de corps et tsunamisait sur pieds Gregory House…
Cuddy était floue, Cuddy avait disparu …
Curieusement les murs de la salle d’examen virevoltaient autour de lui en une sarabande moqueuse.
Le petit House serait un bébé à couettes, à jupe, à trousse de maquillage,à rendez-vous avec d’infâmes et vicieux salopards-
C’en était trop, il fallait qu’il fasse quelque chose.
En fermant les yeux il allait se réveiller de ce cauchemar familial…
Pris d’une subite quinte de toux, House expectora de la bile et du sang.
Simultanément, la pièce se remit à tourner dans le sens inverse, propulsant Cuddy et la table d’examen au plafond.
Alors qu’il devenait incapable de contrôler sa voix et ses gestes, House décida qu’il était temps pour lui de sombrer dans le néant.


XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Cuddy ne parvenait pas à détacher son regard de l’image en 3 D de leur petit chef d’œuvre…
Elle rayonnait enfin ; surprise de se découvrir aussi heureuse …
Bientôt sa « toute petite fille » rivaliserait en charme et jeunesse, auprès de son père pour commencer , puis elle ferait ses armes sur tous les -jeunes ou moins jeunes -loups qui gravitaient jusque là autour de sa mère.
Tant pis!
Cuddy avait grandi au milieu d’hommes, elle n’avait pas connu sa génitrice.
Elle n’avait ni modèle ni revanche à prendre.
Elle se sentait vierge et étonnamment prête…
Lisa ferma les yeux pour mieux imaginer House penchant son long corps au dessus du berceau; saisissant avec délicatesse de ses longs doigts le petit corps frêle de leur princesse.

L’exclamation de l’obstétricien, précédant de peu le bruit mat d’un corps qui s’écroule,la ramenèrent brutalement dans la pièce.
Effarée, elle vit le présumé heureux père gisant inanimé sur le sol, un flot continu de sang jaillissant de ses narines.

Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Wilson n’en pouvait plus de courir et de se perdre dans le dédale de couloirs de l’aile « gynécologie obstétrique ».
House avait reçu une heure auparavant un fax important , qu’il avait bien entendu négligé de consulter.
N°13, fouineuse et intrigante de première, avait découvert -entre autre- le rapport délaissé par son patron, émanant du Centre de Recherche & de Traitement des maladies tropicales.
Le fax était un laconique avertissement: le malade adressé par House, du fait de sa persistante résistance aux traitements, venait de déclarer une maladie tropicale très rare, dont la période d’incubation et de contamination couvrait la période où il se trouvait dans le service et sous la responsabilité de House.
Les premiers symptômes de la maladie étaient: vertige, confusion, paranoïa et pertes de sang diffuses.

Wilson n’en pouvait plus de courir et il avait peur.
Pour son ami directement exposé au virus. Pour Cuddy doublement fragile.
Trois vies étaient en danger et il ne savait plus quand cette magnifique journée avait commencé à virer au thriller cauchemardesque….
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 1 Oct - 23:10 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mafalda


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 255

MessagePosté le: Lun 1 Oct - 23:52 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

aïe aïe aïe....
Frankie, j'espère pour toi que tu avais déjà la suite de prête quand tu as posté ça... lol Wink
j'vais pas tenir....
_________________
Dr. Wilson : Be yourself: cold, uncaring, distant.
House : Please, don't put me on a pedestal.
Revenir en haut
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Mar 2 Oct - 00:10 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

Embarassed euh...non pas du tout mais alors pas du tout Embarassed sorry Embarassed enfi je cherche le traitement sur Internet quand même Mort de Rire
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mafalda


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 255

MessagePosté le: Mar 2 Oct - 00:12 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

en espérant qu'il y en ait un.. Mort de Rire
_________________
Dr. Wilson : Be yourself: cold, uncaring, distant.
House : Please, don't put me on a pedestal.
Revenir en haut
larockeusedu60
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 629
Localisation: En picardie

MessagePosté le: Mar 2 Oct - 17:54 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

Et mais, si y'a pas de traitement AÏE lol ! J'espère que la suite arrivera rapidement ! Continue sur ta lancé Wink
Revenir en haut
MSN
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 00:08 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

Chap.6 Une nuit…une maladie…

House fulminait silencieusement.
Paralysé par la camisole chimique qui lui était administré depuis plusieurs jours en vue de le « soigner », il ne pouvait exprimer ni sa rage ni sa détresse…
Il avait réussi à recracher une partie des drogues qu’on lui donnait par voie orale mais ne pouvait rien faire contre les perfusions.
Il avait compris au bout de deux jours ,qu’il serait pire pour lui de continuer à se débattre comme un possédé ; son attitude accréditant totalement la théorie totalement foireuse selon laquelle il était atteint au mieux de la dengue au pire du Chikoungounia…
Le calme retrouvé semblait hélas indiquer que le traitement et donc le diagnostic était le bon mais au moins, House avait été libéré des liens qui le muselaient jusque là et retrouvait ainsi de petite marges de manœuvre.
Il avait tenté d’établir un contact visuel avec l’aide soignante ,qu’il devinait blondinette et sensible à son sort à la douceur de sa paume pour éponger la sueur de son front et au soin qu’elle avait pris le matin même pour le raser …Il faudrait qu’il se souvienne , s’il sortait un jour de ce cauchemar, d’être moins rude avec le « petit » personnel y compris les blondes.
Malgré des efforts gargantuesques, House avait à peine réussi à soulever une demi paupière et sentait bien les mouvements désordonnés de ses globes oculaires. Cela ajouté à la raideur de ses muscles tendus par ses tentatives de communication ne pouvait une fois encore qu’accréditer la théorie imbécile de son staff et de Wilson.
Il était paralysé mais on le croyait tétanisé par des douleurs articulaires et les petites hémorragies qu’il avait déclenchées avant son évanouissement confirmaient le diagnostic différentiel de la maladie Tropicale.
Beaucoup auraient pu faire la même erreur; mais pas Wilson.
Comment son meilleur ami avait il pu l’imaginer suffisamment inconséquent pour ne pas prendre d’élémentaires mesures de protection? Quand il avait examiné ce patient , sachant qu’il revenait d’un séjour dans l ‘océan Indien et qu’une épidémie de Chikoungounia y avait sévi durant la période des pluies, il n’avait pris aucun risque et s’était prémuni de toute contamination.
Quelques mois auparavant , pour lui seul, ces principes élémentaires ne l’auraient pas effleuré, de toute évidence.
Mais il y avait Cuddy et le petit parasite , et tout avait changé pour lui.
Que Wilson ne l’ait pas saisi et se soit ainsi rué sur la première hypothèse farfelue qui lui était fournie le rendait intérieurement dingue.
Il était certain de son diagnostic et ne s’inquiétait pas de la santé physique de sa compagne.
Il craignait plus les répercussions psychologiques de la séparation et de l’inquiétude sur l’évolution de sa grossesse.
Quant à lui, être transféré contre son gré dans ce centre de traitement des maladies tropicales, se retrouver ligoté et empoisonné par une thérapeutique qui allait sans doute l’achever sans qu’il ait pu revoir Lisa , être privé de sa présence, ne plus pouvoir promener sa main autour des mouvantes rondeurs qui abritaient sa fille, ne plus sentir celle-ci se balancer et se projeter au rythme de la caresse de ses longs doigts… jamais il n’avait eu à subir pareille torture même au plus fort de ses crises de manque.
Il avait longtemps cru que mourir n’était rien, il en avait fait l’expérience et sa mort à certains moments de sa vie lui était souvent apparue comme une délivrance à laquelle il ne parvenait pas à recourir par lâcheté et fatuité.
Mais une nouvelle fois, Cuddy et le petit parasite avaient tout changé.
Il devait sortir de cette chambre d’isolement au plus vite et retrouver à temps Lisa pour cette fameuse séance de préparation à l’accouchement et sophrologie qu’il s’était ingénié à fuir jusque là…
Et pour cela, il fallait que quelque un comprenne qu’il n’était affecté par aucune maladie ni virus .
Il subissait juste un certain nombre des effets secondaires énumérés sur une longue liste de contre indication à la prise d’un médicament expérimental destiné à lui rendre l’usage quasi normal de sa jambe…
Le seul problème était qu’il s’agissait d’un traitement inconnu du commun des mortels, interdit aux USA et que bien entendu, il n’avait parlé à personne des contacts qu’il avait pris avec un confrère Français pour intégrer un panel de testeurs bénévoles…
Il allait donc peut être mourir de son goût immodéré du secret et de son nouveau désir de vivre…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mafalda


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 255

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 00:16 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

ouaouh......
"y compris les blondes", le "petit parasite", etc, etc.....
encore !!!!!

Okay Okay Okay

Merci Frankie ! Smile
_________________
Dr. Wilson : Be yourself: cold, uncaring, distant.
House : Please, don't put me on a pedestal.
Revenir en haut
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 00:33 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

Wink je ne voulais pas que tu passes une autre mauvaise nuit sans traitement Mafalda Smile
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mafalda


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 255

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 00:37 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

Mort de Rire
Si en plus tu nous remets sa jambe d'aplomb......
_________________
Dr. Wilson : Be yourself: cold, uncaring, distant.
House : Please, don't put me on a pedestal.
Revenir en haut
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 00:55 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

les plans de House pour se rétablir sont toujours un peu pourris...

zut c'était un spoiler?
le traitement contre le cancer par exemple Wink


Dernière édition par frankie11 le Jeu 4 Oct - 11:47 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mafalda


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 255

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 11:26 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

chuuuutttt.............. Wink
_________________
Dr. Wilson : Be yourself: cold, uncaring, distant.
House : Please, don't put me on a pedestal.
Revenir en haut
frankie11


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 1 387

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 11:51 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

Chap.7 Une nuit…un ami

Derrière la vitre de la chambre d’isolement, Wilson demeurait prostré, la tête vide.
Inutile,il ne parvenait pourtant pas à quitter ce lieu,observant sans relâche les bribes de comportement de son ami.
Il avait renoncé à entrer , son arrivée semblant à chaque fois provoquer une aggravation de l’état de House : pics thermiques, convulsions, arrêt cardiaque dans les premiers jours puis ces mouvements désordonnés et violents qui avaient contraint l’équipe médicale à le sangler sur son lit.
Wilson n’avait pas supporté de voir Greg entravé de la sorte; il n’avait pas même osé en parler à Cuddy afin de ne pas la déstabiliser davantage.
Mais il sentait que quelque chose ne tournait pas rond et que c’était à lui, en l’absence de Lisa et en tant que seul ami de House ,de le trouver.

En observation au PP depuis une semaine, Lisa n’avait développé aucun des symptômes décrits par le fax du Centre de Recherche des MT.
De ce fait , ils avaient obtenu qu’elle ne soit pas transférée et qu’elle puisse être suivie par son équipe.
Étrangement calme, Lisa réagissait peu aux sollicitations extérieures.
Wilson savait que les nuits étaient ses pires moments de solitude.
Il était souvent passé au petit matin , lui tenant la main pour qu’elle puisse laisser s’écouler son chagrin d’angoisse .
Une seule fois elle avait murmuré qu’elle avait été bien stupide de croire qu’ils avaient l’un & l’autre droit à une parcelle de bonheur.
Le bébé ne voudrait jamais d’eux comme parents et s’esquiverait avant qu’il ne soit trop tard pour lui….
Wilson avait entouré Cuddy de ses bras puis était allé chercher l’échographe.
Ensemble, ils avaient regardé la petite merveille qui se développait en douceur et en beauté dans le ventre de sa mère. Ils avaient eu droit à tous ces clichés qui font tomber en esclavage tous les parents qui en ont été témoins: du pouce dans la bouche aux pirouettes acrobatiques.
Wilson n’avait pas eu besoin de davantage de mots pour apaiser un temps Cuddy; il lui avait juste rappelé combien il se sentait fier d’être le parrain de la petite merveille.

De retour au CRTMT, face à son ami, Wilson se sentait coupable de lui avoir volé ces moments d’intimité.
Tout ce qu’il faisait pour Lisa, l’était pourtant au nom de son ami .Il n’ y avait aucune ambiguïté à ce sujet dans son esprit.
Alors d’où lui venait ce sentiment de culpabilité?
Décidant d’agir enfin, Wilson quitta son attitude morbide et désespérée et prit la direction de la chambre du malade à l’origine de ce cauchemar.
Il passa à nouveau un certain temps d’observation derrière la vitre et demanda à consulter le cahier de bord du patient depuis qu’il avait développé les premiers symptômes de la maladie.
Il sentait qu’une amorce de réponse se trouvait dans cette chambre et recherchait l’indice qui permettrait de dénouer l’intrigue.
Mentalement, il transporta le tableau blanc de House dans la pièce et y traça deux colonnes.
Les symptômes de House à gauche, ceux du cauchemar à droite.
Puis il entoura les symptômes similaires dans une même bulle noire et surligna en rouge ceux de House qui pouvaient apparaître légèrement différents.
Étonné, il constata que le rouge prédominait…
Il tenait enfin un premier indice et non des moindres…Everybody lies, y compris les symptômes; c’était une vérité Housienne.

Fort de ce constat, Wilson décida qu’il était temps de forcer la porte de la chambre de son ami.
Après tout même si House réagissait avec virulence à sa présence, cette réaction était un signe, qu’il aurait du interpréter à sa juste valeur depuis bien longtemps.
Si House était en colère contre lui, c’est qu’il avait foiré quelque part et que Greg l‘en rendait responsable.

Inerte la plupart du temps, House réagissait à deux stimuli ces derniers jours: la présence de la blondinette lui plaisait et c’était rassurant de voir que House restait House même dans cet état…
Restait à approcher Greg sans provoquer de nouvel accès de fureur puis tenter de trouver un nouveau mode de communication.

Il entra donc dans la chambre en compagnie de la jeune aide soignante et commença à parler de House en l’ignorant.
Wilson:- « je ne comprends pas l’évolution de votre patient; il est évident que le traitement ne fonctionne pas sur lui, il devrait déjà être sinon rétabli du moins stabilisé .Il n’a retrouvé la faculté ni de parler ni de bouger; et si on avait confondu douleurs et paralysie? ».
S’approchant alors du lit de House, Wilson se pencha vers son ami et lui murmura: « inutile de ruer comme le vieil âne têtu que tu es.. si tu penses que j’ai foiré le diagnostic, trouve un moyen de me le faire savoir… ».
A nouveau le corps entier de House se tendit comme un arc, mais sans déclencher de crise convulsive.
Wilson arrêta le geste de la soignante qui avait déjà préparé sa médication.
House comprit sans doute que l’effort était au dessus de ses possibilités mais tenta à nouveau d’établir un contact visuel.
Il arqua un sourcil , sentit à nouveau ses globes oculaires virevolter mais resta calme et fixa sa volonté sur son objectif.
Wilson fut tout à coup traversé par un regard qui se voulait vindicatif mais redevint atone pour disparaître aussi vite.
Si tous ses sens n’avaient pas été en alerte , il aurait pu passer à côté de ce clin d’œil mais Wilson décida qu’il avait franchi un cap décisif et que désormais c’était dans le bureau de House qu’il devait chercher de nouveaux indices.
Avant de repartir, il eut à cœur de rassurer son ami et ordonna à l’aide soignante de stopper immédiatement les traitements en cours.
Il prenait cette décision sous sa responsabilité, signerait toutes les décharges qu’on lui demanderait mais le transfert de House au PP devait se réaliser au plus vite.

En réponse à cette déclaration, le rythme cardiaque de House s’apaisa enfin, confirmant une nouvelle fois à Wilson qu’il était sur la bonne voie.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mafalda


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 255

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 12:16 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

mmm... merci Frankie.... Okay
_________________
Dr. Wilson : Be yourself: cold, uncaring, distant.
House : Please, don't put me on a pedestal.
Revenir en haut
larockeusedu60
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 629
Localisation: En picardie

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 20:40 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

J'adore, j'adore, j'adore, j'adore et j'adore mille fois Very Happy !
Encore Very Happy
Revenir en haut
MSN
Nine


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 667

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 21:00 (2007)    Sujet du message: Une nuit... Répondre en citant

Vas y Frankie c’est bon ! Vas y Frankie c’est bon, bon, bon !!!
Oulala ! Je m’égare moi.

Non, sérieux vite la suite !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:28 (2016)    Sujet du message: Une nuit...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DR HOUSE Index du Forum -> Fan Art -> Art Ecrit Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 2 sur 5

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com